informations complémentaires

Interview Journal du Net – juin 2004

JDN Solutions. L’accessibilité Web est-elle vraiment un enjeu pour les directeurs techniques ?
Lhorens Marie Cette dimension est encore trop souvent considérée comme une contrainte. Pourtant, elle représente un réel moyen de développer la qualité des sites Web en prenant en compte l’ensemble des handicaps existants, mais pas seulement.

Qu’en est-il de la législation dans ce domaine ?
Un projet de loi portant sur « l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées » est actuellement en cours discussion à  l’assemblée nationale (projet numéro 1465). L’article 25 (devenu depuis l’article 47) de ce texte stipule : « ‘il est indispensable que les sites et services électroniques des services publics de l’État et des collectivités territoriales et de leurs établissements publics soient accessibles [aux personnes handicapées]. »

Ce projet est soutenu par l’Élysée et Matignon. Il a été présenté en première lecture au Sénat qui l’a voté le 1er mars [NDLR voir le document sur le site du Sénat]. Ce cycle quelque peu atypique a été choisi car le Sénat est réputé actif au regard de telles problématiques. Cette loi constitue une priorité pour le Président de la République. L’objectif est d’aboutir à une adoption définitive d’ici la fin de l’année.

Ce texte est-il suffisamment précis pour être applicable ?
Cosmosbay-Vectis a déposé deux amendements avec pour objectif de préciser le mode d’application de ce texte. Le premier visait à disposer d’une définition plus claire de la notion d’accessibilité, en faisant référence aux publications réalisées dans ce domaine par certaines instances internationales notamment (comme le W3C ou l’Euroaccessibility), et ainsi se replacer dans un cadre plus juste et plus standard. Le second consistait à  se doter d’une méthode de travail et d’évaluation bien définie en s’appuyant sur les normes nationales et internationales existantes.

Où en est le travail du W3C sur ce terrain ?
Le W3C a élaboré des recommandations par le biais de sa branche WAI [NDLR Web Accessibility Initiative] spécialisée dans les questions d’accessibilité Web. Ce document baptisé Web Content Accessibility Guidelines (1.0) liste un certain nombre de critères à prendre en compte en vue de garantir l’accessibilité d’un site (lisibilité du texte, structuration, etc.). Ces bonnes pratiques sont relayées en France par l’A.D.A.E. [NDLR Agence pour le Développement de l’Administration électronique] qui a également rédigé un référentiel sur l’accessibilité Web. Notez que toutes ces recommandations n’abordent pas la question des technologies.

Aujourd’hui, l’idée est de compléter ce travail en mettant en place en France un mode de certification officielle. Mais également en définissant un cahier des charges type pour faciliter la phase d’analyse des besoins côtés clients.

Quels sont les handicaps couverts par ce concept ?
L’accessibilité Web prend en compte tous les handicaps susceptibles de gêner l’accès à  un contenu quel que soit la nature de ce dernier (surdité, malvoyance, etc.). Mais englobe également les enjeux liés à  la qualité de l’interface utilisateur d’un site tous internautes confondus, et l’amélioration de ses performances ergonomiques (processus marchands, etc.).

Partant de là , les questions liées à  la mise à  disposition d’un contenu Web rejoignent celles de sa structuration et de son traitement sémantique. Ce qui par ricochet a un impact les champs touchant à  la création et à  la publication de ce contenu.

Des projets pilotes ont-ils été initiés ?
Il existe quelques initiatives pilotes au sein de l’administration françaises. C’est le cas du portail de l’administration fiscale (impots.gouv.fr) qui a amorcé sa mise en conformité. C’est un gros travail. La Caisse nationale d’assurance maladie s’est également lancée dans un chantier équivalent. Les appels d’offres commencent à  se multiplier. Avec l’entrée en vigueur de la nouvelle loi, le nombre de projets devrait exploser courant 2005 au sein des établissements publics français.

Ce mouvement devrait avoir un impact sur le secteur privé ?
Certaines grandes entreprises commencent à  s’intéresser très sérieusement à  l’accessibilité Web. Il s’agit en général d’acteurs bancaires ou de grands groupes industriels – tels que Saint-Gobain.

Les éditeurs d’applications de gestion de contenu proposent-ils des solutions adaptées pour ce type de projet ?
Les solutions disponibles sur le marché ne respectent pas encore les recommandations des consortiums. Nous prévoyons de commercialiser une offre dans le courant de l’été pour pâlier à  ce manque. Certains acteurs du monde documentaire planche comme nous sur cette question.
Notre offre se présentera sous la forme d’une application de création de contenu multicanal, basée sur le standard documentaire DocBook (XML). Elle aura pour vocation de s’intégrer à  des outils de gestion de contenu existants, comme celui de l’éditeur français Noheto – avec lequel nous intervenons dans le cadre du projet du Ministère de l’économie et des finances.

Propos recueillis par Antoine CROCHET-DAMAIS, JDN Solutions

Article original : le journal du net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *